Bombardier déraille-650 emplois à la trappe

Bombardier déraille-650 emplois à la trappe

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

Reprendre article

Bombardier déraille – 650 emplois à la trappe

09. juin 2017 – 09:02

Le groupe canadien Bombardier veut couper la moitié de ses effectifs en Suisse d’ici un an. 

Les 650 postes supprimés le seront principalement à Villeneuve, au bout du Lac Léman, ou l’on assemble des rames de chemin de fer, mais aussi à Zurich. La multinationale entend ainsi «optimiser sa structure au niveau international, réduire les coûts et augmenter la productivité».

Ironie de la situation, l’entreprise fait cette annonce alors qu’elle n’a pas encore livré le premier des 59 «trains du futur» commandés par les Chemins de fer fédéraux, et qui étaient censés garantir du travail pour des années.

Pour la région du Chablais vaudois, où Bombardier emploie 700 personnes – surtout des temporaires -, le traumatisme est énorme.×

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *