Google promet la sortie de son smartphone modulable pour 2017

Google promet la sortie de son smartphone modulable pour 2017

Prolonger de six ans la durée de vie d’un téléphone, voici le pari que s’est lancé Google. La société de Mountain View développe un smartphone en kit, permettant à l’utilisateur de modifier lui-même certains composants. L’idée n’est pas nouvelle, puisque Google travaille sur ce projet depuis 2013 déjà. Mais il y a une semaine, le groupe a promis que dès 2017, son smartphone baptisé Ara sera bel et bien commercialisé.

L’idée derrière ce projet est simple. Plutôt que de devoir changer le téléphone en entier dès que l’un de ses composants essentiels est en panne ou cassé, il suffirait de l’enlever et de le remplacer en un clic. Le Fairphone, dont la deuxième génération a été lancée fin 2015, est exactement sur la même ligne, avec certains éléments pouvant être commandés en ligne. Google a débuté ses réflexions en 2013, et l’acquisition de Motorola lui a permis d’acquérir de nouvelles compétences. Mais le projet a subi des retards (le téléphone avait été initialement annoncé pour 2015) et des redimensionnements. Il y a une semaine, lors de sa conférence pour développeurs I/O, la société a fait le point sur Ara.

Six modules

Un lancement global en 2017, donc, et la possibilité d’acquérir pour les développeurs, cet automne, une première édition pour créer des applications. Le téléphone sera composé d’une base sur laquelle son propriétaire pourra assembler, avec des électro-aimants, plusieurs modules ayant différentes couleurs et différentes fonctions. Six emplacements seront ainsi utilisables, chacun disposant d’un port au standard UniPro capable de faire circuler des données à 11,9 gbit/s. L’écran aura une diagonale de 5,3 pouces.

Les premiers modules seront par exemple un appareil photo ou un mini haut-parleur. Google a également fait la démonstration d’un module permettant aux diabétiques de mesurer le taux de glucose dans le sang. Il sera possible, affirme Google, d’éjecter un élément de la base du téléphone alors même que celui-ci est encore allumé. Il sera possible de le faire en tapotant sur l’écran, mais aussi via une commande vocale, en disant par exemple «Ok Google, éjecte l’appareil photo».

50 dollars’

Google a sensiblement revu à la baisse les ambitions de son smartphone en kit, puisque à la base tous les éléments auraient dû être interchangeables. Le prix évoqué du kit est d’environ 50 dollars, mais rien ne dit que cela sera le tarif final. Google n’affiche pour l’heure aucun objectif de vente pour son smartphone modulable, dont le succès est bien difficile à prédire au vu de la démocratisation de smartphones haut de gamme dans les marchés émergents, mais aussi en Occident.

Samsung propose désormais de louer son modèle S7 pour une trentaine d’euros (environ 40 francs) par mois, en France uniquement. Le fabricant sud-coréen a lancé son offre Up2you, accessible uniquement depuis Internet. Plutôt que d’acheter un smartphone, le client peut le louer sur deux ans. Mais l’appareil reste la propriété de Samsung à l’issue du contrat.

Il faut payer un premier apport de 89 euros pour un Galaxy S7 et de 119 euros pour la version edge , puis un montant fixe est prélevé mensuellement, avec un engagement de 24 mois. Samsung permet par ailleurs de changer d’appareil tous les quatre mois.

Le site 01net.com a calculé que, pour un client qui achèterait un Samsung Galaxy S7 et qui le garderait 24 mois, le coût total de l’opération serait de 737 euros à 953 euros, selon les garanties choisies. Le prix de vente étant de 699 euros, le surcoût se situe donc entre 38 et 254 euros. Sans compter le tarif de revente de l’appareil (environ 250 euros aujourd’hui pour un Samsung Galaxy S5 sorti il y a deux ans), auquel il faudra renoncer.

(A.S.)

Laisser un commentaire