Il existe pléthore d’arguments afin d’écarter les seniors

Il existe pléthore d'arguments afin d'écarter les seniors

Dès 45 ans, les employés sont considérés comme des seniors sur le marché du travail même si les statistiques s’intéressent généralement aux plus de 50 ans. Ceux-ci représentaient 24,5% des chômeurs à la fin 2015. De plus, leur part s’élevait à plus de 42% des sans-emploi de longue durée, selon le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). L’Association Phare Seniors 45’+, née à Genève en 2012, s’inquiète de la situation. Interview de son directeur, Guillaume Anthoine.

Le Temps: Le taux d’activité des seniors progresse dans l’économie suisse. Pourquoi la situation vous paraît-elle inquiétante’

Guillaume Anthoine: Les statistiques montrent que les personnes de plus de 45 ans seront moins souvent au chômage que les autres tranches d’âge mais lorsqu’elles y arrivent, elles mettent davantage de temps à retrouver un emploi. S’en suit évidemment un processus de perte de confiance en soi et en ses compétences. Il existe pléthore d’arguments afin d’écarter des candidatures de seniors. Parmi elles vous retrouvez la cherté (LPP ou salariale), le manque de flexibilité (pluralité des tâches, adaptation aux nouveaux outils) ou encore l’intégration dans une équipe plus jeune.

Pour avoir rencontré bien plus que les 351 personnes que nous suivons ici à l’Association, je peux vous assurer que dans la majorité des cas, cette vision est erronée. Beaucoup ne souhaitent plus de compétences managériales, sont prêts à baisser leurs salaires pour compenser la cherté induite par la LPP ou tout simplement sont prêts à prendre un job alimentaire malgré un parcours professionnel de haute compétence.

– Quelle aide apporte votre association’

– L’Association Phare Seniors 45’+ est la seule initiative du Canton de Genève destinée à promouvoir l’employabilité des plus de 45 ans. Nous nous adressons à un public plus large que seulement celui qui est indemnisé par le chômage. Tant les personnes à l’aide sociale qu’au chômage peuvent nous solliciter mais nous recevons également des personnes en arrêt maladie, des personnes en poste qui se soucient de leur avenir, ou encore des hommes et des femmes n’ayant droit à rien car possédant un capital trop important ou étant époux ou épouse d’une personne qui travaille. Au-delà de l’aide simple à la rédaction de documents de candidature et au coaching sur la bonne attitude en entretien, nous pouvons sonder de manière proactive les entreprises sur leurs besoins, être mandatés pour une recherche.

Nous comptons 351 profils variés, aussi bien des directeurs, des banquiers que des peintres en bâtiment. Nous avons placé quinze personnes en 2015 et douze personnes cette année.

– Intervenez-vous auprès d’entreprises où le motif de l’âge a été invoqué’

– Nous sommes intervenus sur certaines situations où la séniorité avait été invoquée comme motif de refus de poste. Certaines entreprises se sont montrées inflexibles. Leur décision avait été prise, la personne aurait été trop âgée pour s’intégrer à une équipe plus jeune. C’est malheureux que d’avoir une vision si réductrice de la plus-value humaine.

– Par qui est financée votre association’

– C’est ici que le bât blesse. En 2015, nous avons été subventionnées par le Fonds chômage de l’Agenda 21 de la Ville de Genève ainsi que par une fondation privée genevoise. Nous avons par ailleurs reçu divers dons de PME et d’une multinationale, sans oublier le SECO. Pour 2016, nous ne sommes soutenus que par le Fonds chômage. Pourtant nous recevons des personnes indemnisées par le chômage, nous figurons sur le site internet de l’Etat comme la seule association dévolue aux Seniors 45’+ et nous recevons également des personnes de l’Hospice Général. Sans compter les personnes provenant des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel ou Valais qui nous sollicitent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *