Intel annonce un investissement de 7 milliards aux Etats-Unis

Intel annonce un investissement de 7 milliards aux Etats-Unis

L’annonce, présentée comme une «mise à jour» d’une décision prise en 2011, a été faite mercredi en présence de Donald Trump, le chantre du «made in America»

2 minutes
de lecture

ATS
Publié jeudi 9 février 2017 à 05:55.

Le géant américain des puces électroniques, Intel, a annoncé mercredi 8 février, au côté du chantre du «made in America» Donald Trump, un investissement de 7 milliards de dollars en Arizona. Le président américain a fait du retour de la production industrielle aux Etats-Unis une priorité de son mandat.

Lire aussi:
Dieu créa Trump’ et des millions de jobs

Le président américain a directement fait le lien entre son arrivée au pouvoir et cet investissement. Le groupe américain a lui évoqué une «mise à jour» d’une décision prise en 2011. A l’époque, Intel voulait investir 5 milliards de dollars pour l’usine dans le sud-ouest des Etats-Unis.

L’usine n’était pas terminée après l’annonce de 2011 en raison d’un manque de demande, a expliqué un porte-parole d’Intel, précisant que la somme de 7 milliards représente un «nouvel» investissement.

3 000 emplois

Celui-ci va permettre la création de 3 000 emplois à forte valeur ajoutée et «à hauts revenus», explique Intel. Indirectement, ce seront 10 000 créations d’emplois qui en résulteront.

Lire également:
Les constructeurs automobiles donnent des gages à Donald Trump

«Intel est très fier du fait que la majorité de notre fabrication se fait ici aux Etats-Unis et la majorité de notre recherche et développement est aux Etats-Unis, tandis que 80% de ce que l’on vend l’est en dehors des Etats-Unis», a vanté le directeur général Brian Krzanich, à la Maison-Blanche.

La décision, a reconnu le directeur général d’Intel, a été prise «en soutien» à la politique de dérégulation et de défiscalisation lancée par l’administration Trump, et qui «rend vraiment cela avantageux de produire aux Etats-Unis».

Elle a été prise en dépit d’une fronde du secteur technologique qui s’est opposé au décret migratoire du président américain, à laquelle Intel a pris part.

Laisser un commentaire