La fondation et les impôts de Donald Trump épinglés

La fondation et les impôts de Donald Trump épinglés

Les mauvaises nouvelles s’amoncellent pour Donald Trump. A 36 jours de l’élection présidentielle, sa fondation personnelle est épinglée par la justice à New York et le candidat républicain est aussi attaqué sur sa feuille d’impôt.

Lire aussi:
La fondation Trump sous le joug d’une enquête

Le procureur général de l’Etat de New York, un démocrate qui soutient Hillary Clinton, a ordonné lundi à la fondation Donald J. Trump de cesser de recueillir des dons car elle ne s’est pas correctement enregistrée auprès des autorités. La justice new-yorkaise enquête par ailleurs pour déterminer si Donald Trump a utilisé l’organisation à des fins personnelles, ce qui est interdit pour les associations caritatives.

L’équipe Trump vante le génie de l’homme d’affaires

L’annonce suit la publication ce week-end par le New York Times d’extraits de sa déclaration de revenus 1995, qui indique qu’il pourrait ne pas avoir payé d’impôts sur le revenu pendant plusieurs années.

Son entourage a souligné que profiter de niches fiscales n’avait rien d’illégal et prouvait au contraire le «génie» de Donald Trump, présenté comme un homme d’affaires talentueux. «En tant qu’homme d’affaires et promoteur immobilier, j’ai légalement utilisé les lois fiscales à mon avantage et à celui de mes entreprises, de mes investisseurs et de mes employés», s’est-il défendu lors d’un meeting à Pueblo, dans le Colorado. «Honnêtement, j’ai utilisé ces lois avec brio».

Lire aussi:
Donald Trump pourrait avoir évité de payer des impôts pendant 18 ans

«Je déteste la façon dont ils dépensent nos impôts», a-t-il dit, en rappelant qu’il payait «d’énormes» sommes en autres impôts et en taxes. Et le milliardaire a dit que sa rivale, à l’inverse de lui, «n’avait jamais créé un seul emploi de sa vie».

Mais le camp démocrate exploitait sans relâche ces révélations pour dénoncer l’hypocrisie du candidat populiste. «Alors que des millions de familles américaines, dont la mienne et la vôtre, payaient leur part, il semble qu’il n’ait rien contribué à notre pays», a déclaré Hillary Clinton dans un meeting à Toledo, haut lieu de l’industrie automobile dans l’Ohio, un Etat-clé du scrutin au nord du pays.

«Il a qualifié notre armée de désastreuse», a poursuivi la candidate démocrate. «Elle n’est pas désastreuse, mais elle aurait pu l’être si tout le monde avait refusé de payer des impôts.»

Hillary Clinton prend la tête des sondages

La cote de Donald Trump dans les sondages s’affaisse depuis plusieurs jours, notamment depuis sa médiocre prestation au débat de lundi dernier. Il domine toujours dans le très crucial Ohio, mais en Floride et en Pennsylvanie, les deux autres géants du scrutin, la démocrate est en tête. Si elle gagnait ces deux Etats le 8 novembre, la Maison-Blanche lui serait quasiment garantie.

Sur le plan national, Hillary Clinton (68 ans) était créditée lundi de 43,8% des intentions de vote contre 41% pour Donald Trump et 7,2% pour le candidat libertarien Gary Johnson, selon la moyenne des derniers sondages calculée par Real Clear Politics.

Deux nouvelles études, commanditées par Politico et CNN, lui donnaient une avance notable, avec 42% et 47% des voix respectivement contre 36% et 41% pour le républicain.

Lire aussi:
Hillary Clinton, la résilience incarnée

L’imprévisible campagne de 2016 a connu de nombreux rebondissements: mi-septembre, Hillary Clinton a vécu sa propre «semaine noire» et le milliardaire populiste de 70 ans a encore le temps de retourner la tendance. Mais le temps presse. Les prochains jours et le prochain débat, dimanche, seront l’une de ses dernières chances de convaincre les Américains de lui confier les rênes du pays.

Laisser un commentaire