La hausse du franc suisse ne va pas durer-Le Figaro

Actu

Economie

Sport24

Culture

Lifestyle

Madame

Editions abonnés

Figaro Store

FigaroTV

Santé

Etudiant

Figarochic.cn

Histoire

Bourse

Nautisme

Golf

TVmag

Scope

Voyage

Enchères

Vin

Evene

Météo consult

Le particulier

Cadremploi

La chaine météo

Keljob

Kelformation

Explorimmo

Propriétés de France

Ticketac

Vodeo

Cplussur

Facebook

Twitter

Google +

Newsletter

Menu

En direct

Journal

Suivre

Recherche

Conjoncture

Immobilier

Bourse

Tech & Web

Finances Perso

Entreprises

Management

Conso

Menu

Menu

En direct

Journal

Conjoncture

Bourse

Tech & Web

Finances Perso

Entreprises

Management

Immobilier

Médias

Conso

La Personal Economy

Financement participatif

Services & Partenaires

«La hausse du franc suisse ne va pas durer»

Home
ECONOMIE
Conjoncture

Par Alexandrine Bouilhet Publié

le 15/01/2015 Ă  19:18

Catherine Mann, cherf Ă©conomiste de l’Organisation de coopĂ©ration et developpements Ă©conomiques, Ă  Paris.
EXCLUSIF – Chef Ă©conomiste de l’OCDE, Catherine Mann commente la dĂ©cision surprise de la Banque centrale suisse, d’abandonner son cours plancher, qui a fait bondir le franc suisse de 20%.

Publicité

Si la Banque centrale suisse (BNS) a pris cette dĂ©cision, «c’est parce que les inconvĂ©nients liĂ©s aux achats de devises deviennent plus importants pour elle que les bĂ©nĂ©fices». D’après Catherine Mann, «cela fait plusieurs mois que la BNS songe Ă  abandonner son cours plancher». Il n’y a rien d’Ă©pidermique. «C’est une dĂ©cision très calculĂ©e. N’oublions pas que le cours plancher Ă©tait une mesure d’urgence, vouĂ©e Ă  ĂŞtre abandonnĂ©e» explique-t-elle. La chef Ă©conomiste de l’OCDE ne croit pas au «lien direct» avec la rĂ©union de la Banque centrale europĂ©enne, qui pourrait annoncer le 22 janvier un programme d’achat passif de dettes publiques, ce qui devrait faire encore baisser l’euro, dont le bilan de la BNS regorge… «Je ne crois pas que la rĂ©union de la BCE soit l’Ă©lĂ©ment dĂ©clencheur» dit Catherine Mann, qui connaĂ®t bien les rĂ©flexes des banquiers centraux pour avoir travaillĂ© 13 ans Ă  la Fed, la banque centrale amĂ©ricaine. «Si la BNS abandonne son cours plancher c’est parce qu’elle pense ne plus avoir de raison de le faire» ajoute-t-elle. «SurrĂ©action des marchĂ©s» Catherine Mann estime que hausse du franc suisse qui a bondi de 20% «ne va pas durer». Elle attribue cette apprĂ©ciation soudaine Ă  une «surrĂ©action des marchĂ©s», qui ont Ă©tĂ© «pris par surprise». Le franc suisse devrait sortir de cette dĂ©cision avec une apprĂ©ciation, mais bien moindre, une fois passĂ© l’effet surprise. «Les investisseurs vont racheter plus de francs suisses, mais l’effet «valeur refuge» ne jouera pas comme par le passĂ©, car le dollar est devenu très attractif» estime-t-elle. Du coup les exportateurs suisses ne devraient pas trop souffrir. «Ils ont survĂ©cu Ă  des niveaux beaucoup plus Ă©levĂ©s du franc suisse dans le passé», relativise l’Ă©conomiste de l’OCDE. L’Ă©conomie suisse «très rĂ©silente» devrait s’en remettre. En revanche, «il y a plus de soucis Ă  se faire» pour les pays de l’Est comme la Hongrie, oĂą les mĂ©nages ont contractĂ© des emprunts en francs suisses. «Une banque centrale agit toujours pour son intĂ©rĂŞt propre avant toute chose, mĂŞme si elle prend en compte, dans sa dĂ©cision, les effets collatĂ©raux» explique Catherine Mann.

Partager

Partager cet article
X

Recommander

Envoyer par mail
Envoyer par mail

«La hausse du franc suisse ne va pas durer»
EXCLUSIF – Chef Ă©conomiste de l’OCDE, Catherine Mann commente la dĂ©cision surprise de la Banque centrale suisse, d’abandonner son cours plancher, qui a fait bondir le franc suisse de 20%.

<
Envoyer cet article par e-mail
X

Imprimer

Haut de page

La rĂ©daction vous conseille :FlambĂ©e du franc suisse: «Une bonne nouvelle pour l’Ă©conomie de la zone euro»Krach boursier en Suisse après une dĂ©cision monĂ©taire historiqueLa BCE, vraie responsable de l’apprĂ©ciation brutale du franc suisse

Alexandrine Bouilhetauteur33 abonnĂ©sChef du service économie internationaleSes derniers articlesChĂ´mage, inflation : l’embellie s’installe dans la zone euroMerkel : «Athènes a le choix des rĂ©formes, pas du rĂ©sultat»Grèce : le pari risquĂ© des EuropĂ©ens

Services Partenaires

Sur le mĂŞme sujet

SuisseCatherine MannOCDEFranc suisse

Sport Management School ouvre un campus à LausanneLa Suisse, la France, Marignan et le roman nationalCroissance: ces pays qui tirent leur épingle du jeuBaselworld un bilan réussi

Thématique : Suisse

Conjoncture

+ récents
+ commentés
+ partagés

Draghi a gagnĂ© une bataille, il n’a pas gagnĂ© la guerreValls dĂ©taille ses mesures en faveur de l’investissementItalie : Renzi prĂ©sente un budget d’Ă©lève modèleLa visite de Tsipras Ă  Moscou irrite l’Europe

Plus
d’articles Conjoncture

RĂ©agir Ă  cet article

Publicité

40 commentaires

gert11

En 1968, pour un 1.20 FR Francais on avait un franc Suisse … et puis le franc suisse a montĂ© sans jamais redescendre …

Le 16/01/2015 Ă  23:17
AlerterRĂ©pondre

lebrun10

20 % , c est de cette proportion
qu' avait baissé le Fr Suisse lors de la
précédente intervention de l' Etat Suisse , affolé par les conséquences néfastes d'un F Suisse trop fort pour ses exportations . Ses exportations étant toujours l' objet de ses soins, après l' ordre , attendons le
contre-ordre !

Le 16/01/2015 Ă  18:20
AlerterRĂ©pondre

Abonné

Simum

Le franc suisse reprend son autonomie face à l'Euro, la forte présomption d'abandon de l'Euro par la Grèce qui est au bord du dépôt de bilan et dont la dette est colossale risque de faire vaciller l'équilibre bancaire et financier européen et mondial.La Suisse anticipe cette catastrophe en se désolidarisant de la monnaie européenne pour préserver la sienne, une "fuite" en période de crise aiguë serait très mal interprétée concernant la solidarité bancaire internationale.

Le 16/01/2015 Ă  17:03
AlerterRĂ©pondre

Caton001

La possibilité d'intervention, qui a été confirmée à la BCE par la Cour Européenne de Justice, ne veut pas dire que M. Draghi fera n'importe quoi et sans l'assentiment du Conseil des Gouverneurs. Il ne faut se laisser entraîner ni dans la bêtise, ni dans la spéculation. Tout le monde a intérêt à avoir une monnaie forte et stable permettant de maintenir la prospérité de nos pays de l'U.E.

Le 16/01/2015 Ă  15:05
AlerterRĂ©pondre

Abonné

Blueskies

Je fais le pari, dans 2 ans., l'Allemagne sort de l'euro et 1 "Euro Mark" = 1 Franc Suisse … et 30% au dessus de "l'Euro Sud "(France, Italie, Espagne…). L'Euro unique pour 27 pays qui pratiquent des politiques Ă©conomiques et sociales divergentes ne va pas pouvoir rĂ©sister au principe de rĂ©alitĂ© : UNE Ă©conomie = UNE monnaie !

Le 16/01/2015 Ă  13:15
Lire les 2 réponses à ce commentaire AlerterRépondre

l’oeil13

Pour parer à cette évidence ,les Français devront ouvrir rapidement un compte légal dans une banque Allemande pour y déposer leurs avoirs.

Le 17/01/2015 Ă  16:41
AlerterRĂ©pondre

Caton001

Un pari sans gage n'est qu'un propos en l'air!

Le 16/01/2015 Ă  14:57
AlerterRĂ©pondre

alsako1

La guerre des monnaies est une réalité. Que pésera un éventuel franc le pen ? Rien, il sera balloté et dévalué régulièrement.

Le 16/01/2015 Ă  12:28
AlerterRĂ©pondre

JCML

Quel beau pays…pas trop de fonctionnaires, une industrie qui tient la route et Milka…

Le 16/01/2015 Ă  11:51
Lire les 2 réponses à ce commentaire AlerterRépondre

tĂĽfeli

milka, c'est allemand…..
Et ĂŞtes vous prĂŞts Ă  percevoir votre retraite Ă  67ans (et peut-ĂŞtre bientĂ´t 70)? A passer de 35 Ă  45H hebdo? A vous passer de la sĂ©curitĂ© sociale? A ne recevoir que 4 semaines de congĂ©s/an? … Et j'en passe…
C'est un modèle qui se défend, mais il ne faut pas voir tous les avantages sans les contreparties, ce serait trop facile!

Le 16/01/2015 Ă  23:11
AlerterRĂ©pondre

jacques422

Et la marmotte met le chocolat dans le papier d'alu .

Le 16/01/2015 Ă  17:26
AlerterRĂ©pondre

kropotkine18

La décision surprise de la Banque Nationale Suisse , hier 15 janvier, n'est peut-être que le premier acte d'un drame aux conséquences beaucoup plus importantes. Eu égard, en effet, à la franche hostilité du gouvernement allemand, au programme de rachat massif, envisagé par la BCE dès ce premier semestre 2015, de titres représentatifs des emprunts effectués par les Etats en difficulté de la zone euro, il n'est pas exclu que l'Allemagne sorte de la zone euro, réévaluant du coup le Deutsche Mark d'environ 20 à 25% par rapport à l'euro. Ceci aurait pour conséquence la dislocation de la zone euro et le rétablissement de toutes les monnaies nationales. Ainsi, l'économie suisse retrouverait sa compétitivité par rapport à sa voisine allemande, premier client et premier fournisseur de la Confédération.

Le 16/01/2015 Ă  11:41
AlerterRĂ©pondre

efbe

Flash Eco 10:22
Pour 2015: UBS tablent désormais sur une croissance de 0,5% (au lieu de 1,8%) et pour 2016 de 1,1% (au lieu de 1,7%).

Le 16/01/2015 Ă  11:05
AlerterRĂ©pondre

Red Jack

Aujourd'hui, l'économie c'est comme le foot : il y a en France 65 millions d'économistes certifiés.

Le 16/01/2015 Ă  10:33
AlerterRĂ©pondre

1 2 3 >
Afficher plus de commentaires

Précédent
Suivant

Suivez l’Ă©volution de vos conditions mĂ©tĂ©o
En savoir +

Toutes les applications mobiles du Figaro
Télécharger

Le Figaro dès 22h sur votre ordinateur
Lire

Le meilleur de la presse quotidienne et magazine
S’inscrire

La boutique en ligne du Figaro
DĂ©couvrir

Jusqu’Ă  80% de rĂ©duction sur les spectacles
RĂ©server

Trouvez la meilleure assurance santé en 3 minutes
Comparer

L’actu en temps rĂ©el avec Le Figaro
Suivre

Plus de 15 newsletters thématiques
S’inscrire

Plan du site

Charte

CGU

CGV

Infos cookies

FAQ

Contact

Abonnements

Services

Mentions légales

Publicité

Sitemap

«La hausse du franc suisse ne va pas durer» – Le Figaro

Laisser un commentaire