La Suisse et l’Allemagne ont promis de ne plus s’espionner

La Suisse et l'Allemagne ont promis de ne plus s'espionner

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

Reprendre article

La Suisse et l’Allemagne ont promis de ne plus s’espionner

12. mai 2017 – 08:37

Pour la première fois, le gouvernement suisse a conclu un accord mutuel de non-espionnage avec un autre pays, en l’occurrence l’Allemagne, révèle jeudi le Tages-Anzeiger, sur fond de l’affaire de la taupe suisse présumée arrêtée à Francfort. 

Un «protocole d’accord» a été signé en janvier entre la Suisse et l’Allemagne, selon l’enquête du quotidien suisse alémanique, menée en collaboration avec le journal allemand Süddeutsche Zeitung. L’information a été confirmée par des sources proches des milieux gouvernementaux suisses. 

Le texte implique le renoncement aux activités des services secrets dans l’autre pays et la coordination d’actions éventuelles contre des pays tiers. 

Des images permettent de préciser l’opération que la Suisse a menée en Allemagne. L’espion suisse a été filmé vendant de fausses données bancaires. Le scandale amène aussi les politiques à réagir. Les Verts (écologistes) demandent une commission d’enquête.

L’analyse du conseiller aux Etats du Parti démocrate-chrétien (PDC), Jean-René Fournier.

×

Laisser un commentaire