L’action d’UniCredit s’envole avec la cession de 10% de FinecoBank

L'action d'UniCredit s'envole avec la cession de 10% de FinecoBank

Vers 10h50 (08h50 GMT), dans un marché en hausse de 2%, UniCredit gagnait 8,48%, à 2,008 euros. En revanche, FinceBank cédait 2,17%, à 5,625 euros.

Unicredit a annoncé mardi matin avoir conclu la cession de 10% de FinecoBank, opération qu’elle avait annoncée la veille au soir. La banque italienne détient désormais 55,4% de cette filiale. La vente de quelque 60,7 millions d’actions ordinaires lui a rapporté 328 millions d’euros bruts, ce qui doit se traduire par une hausse d’environ 8 points de base de son ratio CET1, a expliqué UniCredit dans un communiqué.

Le ratio de fonds propres durs d’UniCredit, dit «CET1 fully loaded», indice très suivi car il mesure la capacité d’une banque à faire face à une crise, s’élevait fin mars à 10,85%, en petit recul par rapport à fin décembre (10,94%). A titre de comparaison, Intesa Sanpaolo, la deuxième banque italienne en termes d’actifs, avait un ratio de 13,1%.

Nouveau dirigeant

Le français Jean-Pierre Mustier a pris mardi matin les commandes de la banque italienne, succédant à Federico Ghizzoni, qui avait démissionné le 24 mai alors qu’un certain nombre d’actionnaires avait exprimé ces derniers mois son mécontentement en raison de l’évolution du prix de l’action, qui a chuté de 60% depuis janvier, du niveau de profitabilité de la banque et de doutes sur la solidité de son capital.

Alors que Federico Ghizzoni a affirmé à de nombreuses reprises qu’Unicredit ne prévoyait pas d’augmentation de capital après celle réalisée en 2012, certains actionnaires ou analystes estiment au contraire qu’elle en a besoin, à hauteur de 5 à 10 milliards d’euros. Mais pour éviter une telle opération, qui diluerait la part des fondations notamment, Unicredit réfléchissait à céder des actifs. C’est donc ce qu’elle a choisi de faire pour le moment.

Jean-Pierre Mustier a souligné que la banque allait mener «une profonde revue stratégique» et «travailler très attentivement en termes de gestion de (son) capital». Le groupe sera aussi concentré sur la «réduction des coûts», aura «une approche très disciplinée en termes de risque» et cherchera à «saisir les opportunités en termes de création de valeur».

Laisser un commentaire