Le machisme décomplexé est de retour au secours!

Le machisme décomplexé est de retour au secours!

Tout le monde vous le dira, j’aime plutôt les hommes. Je trouve l’amour joyeux et j’adore être deux. Le regard, la peau, le sourire au réveil, les baisers collés-serrés, le sexe, je suis fan. Et je peux accepter beaucoup pour vivre ces moments privilégiés. Mais, ces temps, je suis en colère. Je bous littéralement, car trop d’hommes se comportent comme des porcs. On le dit, je le sens: pour toutes sortes de raisons, la crise notamment, l’égalité homme-femme est en régression. Et la testostérone décomplexée redevient -a toujours été’- une réalité à combattre. De manière musclée. Pourquoi, mais pourquoi donc, les femmes harcelées par Denis Baupin ont-elles mis tant de temps à se manifester’ Chaque jour ou presque de ce printemps pluvieux, de nouveaux témoignages viennent confirmer que ce député français a pris ses fantasmes pour des réalités et les femmes qu’il a rencontrées pour des objets sexuels à dégrader. Comment peut-on être une élue, secrétaire régionale écologiste, et recevoir pendant six mois des sms charmants, type «je suis dans un train et j’aimerais te sodomiser en cuissarde», sans porter plainte’ L’éjaculation numérique -100 sms quand même- remonte à 2011 et Elen Debost, adjointe au maire du Mans, fait partie des treize victimes qui ont témoigné ce mois de mai. Cinq ans après les faits. Ça fait mal à l’émancipation féminine, très mal.

J’en veux aussi à Johnny Depp et à sa horde de supporters mal inspirés. L’acteur qui a oublié d’être drôle et talentueux frappe sa jeune épouse Amber, lui envoie son téléphone portable au visage, et c’est elle qu’on accuse d’humeur chagrine et de cupidité’ La militante punk Virginie Despentes a raison. La femme est doublement victime. Elle paie deux fois le mal qu’elle subit. Pas étonnant qu’elle se taise si, quand elle dénonce une violence masculine, on la suspecte chaque fois de l’avoir provoquée et donc méritée. Dans le cas de Depp, les médias vont même chercher la famille, la mère et la fille de la star, pour dire à quel point la nouvelle épouse était insupportable. Merci pour la solidarité féminine, les filles!

Non, vraiment, je suis en colère. J’aime le jeu amoureux, mais je déteste le machisme, cette arrogance du pouvoir masculin préétabli. «C’est ainsi, ma chérie. C’est un homme, que veux-tu. Il a des besoins…». On devrait hurler, chaque fois qu’une telle phrase est prononcée. Hurler et relire Virginie.

Laisser un commentaire