Le vieux complexe d’infériorité se serait inversé

Le vieux complexe d'infériorité se serait inversé

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

Le vieux complexe d’infériorité se serait inversé

10. mai 2016 – 09:22

C’est une histoire d’amour-haine qui dure depuis au moins deux siècles. «Petits Suisses» contre «Grande Nation», aujourd’hui, le vieux complexe d’infériorité de l’Helvète (surtout du Romand) face au voisin hexagonal serait en train de se muer en complexe de supériorité.

Avec «Bienvenue au paradis», la journaliste française Marie Maurisse fait le buzz. Elle y dénonce ce qu’elle ressent comme un «racisme anti-frouze». Un message qui dérange, parce qu’il va gratter là où ça démange.
×

Laisser un commentaire