Les Vaudois mettent fin aux privilèges fiscaux des multinationales étrangères

Les Vaudois mettent fin aux privilèges fiscaux des multinationales étrangères

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

Les Vaudois mettent fin aux privilèges fiscaux des multinationales étrangères

21. mars 2016 – 08:30

Alors qu’elle est actuellement débattue au niveau fédérale, la réforme de l’imposition des entreprises III a été plébiscitée par près de neuf votants sur dix (87,12%) dans le canton de Vaud dimanche. Les statuts spéciaux accordés aux sociétés multinationales, nombreuses à s’être installées sur territoire vaudois ces dernières décennies, sont ainsi supprimés sur le plan cantonal.

La réforme à la sauce vaudoise prévoit un taux unique de 13,79% d’imposition des bénéfices pour toutes les entreprises, contre 21,65% aujourd’hui. Pour faire accepter cette baisse et les pertes fiscales qui l’accompagnent, le Conseil d’Etat (gouvernement) a assorti le projet d’une série de mesures sociales: augmentation des allocations familiales, efforts pour les crèches et seuil de 10% maximum à payer sur son revenu pour les primes d’assurance maladie.

Ce résultat historique doit beaucoup à l’engagement des ministres Pierre-Yves Maillard (socialiste) et Pascal Broulis (libéral-radical), deux poids lourds de la politique vaudoise:

×

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *