L’Etat islamique plie dans son principal bastion libyen

L'Etat islamique plie dans son principal bastion libyen

L’Etat islamique était vendredi à deux doigts de céder son principal bastion libyen, la ville de Syrte, l’ancien fief de feu le colonel Kadhafi. Après s’en être emparé en juin 2015, il a dû abandonner ces derniers jours une bonne partie de la localité face aux assauts conjugués de plusieurs milices proches du gouvernement d’union nationale installé à Tripoli. Et ses combattants locaux ne peuvent espérer aucun renfort de l’extérieur: cible de violentes attaques en Syrie et en Irak, l’organisation est désormais partout sous pression maximale.

L’occupation de Syrte a constitué durant une année un sérieux atout pour les djihadistes. Elle leur a permis de tenir un territoire de plusieurs dizaines de kilomètres de long et donc de former un embryon d’Etat en Afrique du Nord comme ils l’ont fait au Proche-Orient. Situé à proximité d’importants gisements de pétrole, à mi-chemin des deux «capitales» du pays, Tripoli et Benghazi, une telle position était en outre susceptible de favoriser d’autres conquêtes à la faveur du chaos ambiant.

Le danger était si grand qu’il a effrayé non seulement beaucoup de Libyens mais aussi nombre d’Occidentaux, peu désireux de voir l’Etat islamique camper durablement au bord de la Méditerranée, à quelque 500 km de la Sicile. Pour le contrer, une grande offensive a été lancée contre Syrte le 12 mai dernier. Des troupes loyales au gouvernement d’union nationale, issues pour l’essentiel des milices de Misrata, se sont approchées par l’ouest et le sud, tandis qu’une autre force, les Gardes des installations pétrolières, ont attaqué par l’est. Un mouvement de tenaille auquel ont également participé des forces spéciales américaines et françaises selon l’émissaire de l’ONU pour la Libye, Martin Kobler.

L’offensive a grignoté patiemment du terrain pendant plusieurs semaines avant d’accélérer brutalement aux portes de Syrte. Lorsqu’elle s’est attaquée mercredi à la localité, elle a essuyé un feu nourri qui lui a coûté officiellement plus de 100 morts et quelque 500 blessés. Mais elle a avancé beaucoup plus rapidement que prévu, au point d’atteindre dès le lendemain les quartiers du centre. Selon deux journalistes de l’agence américaine Associated Press, elle aurait déjà abouti au démantèlement de l’estrade où l’Etat islamique perpétrait ses exécutions en public. Mais pas encore à la prise du quartier général des djihadistes, le complexe de Ouagadougou, que des snipers continuaient à défendre vendredi.

Il reste à expliquer une progression aussi rapide. Question essentielle dont dépend la suite des événements.

Première hypothèse évoquée en cette fin de semaine: l’Etat islamique n’était pas aussi puissant que supposé. Ses forces auraient été largement surestimées par les services secrets occidentaux et ne comptaient pas 6000 combattants, comme prétendu, mais quelques centaines. Les djihadistes auraient par ailleurs été défaits d’autant plus rapidement qu’ils se seraient aliénés la population locale et, le moment venu, se seraient retrouvés isolés.

Une seconde explication est que l’Etat islamique aurait reculé pour mieux bondir. En d’autres mots, il aurait décidé de quitter certains quartiers en laissant derrière lui une quantité suffisante de snipers et d’explosifs pour saigner ses adversaires. Et il serait aujourd’hui tapi dans l’ombre pour reprendre leur bastion aux premiers signes de faiblesse des milices de Misrata ou des Gardes des installations pétrolières.

Selon un troisième scénario enfin, l’Etat islamique aurait décidé de se replier durablement vers une autre région, susceptible de lui fournir un abri plus sûr. Une région qui pourrait bien être le Fezzan, dans les profondeurs du Sahara, où gravitent déjà d’autres groupes djihadistes aux côtés de mouvements armés touareg et toubou. Une telle implantation serait moins glorieuse que les bords de la Méditerranée. Mais elle offrirait les conditions d’une résistance durable aux autorités de Tripoli, voire d’une extension de la guerre vers d’autres pays de la zone, comme le Niger, l’Algérie et la Tunisie.

Laisser un commentaire