Moins d’Europe pour sauver l’Europe

Moins d'Europe pour sauver l'Europe

Une Europe communautaire en mode pause. Un parlement européen prié de davantage laisser la place aux parlements nationaux. Une Cour de justice de Luxembourg sommée de respecter les spécificités de chaque Etat membre.

Invité mercredi par l’Ambassade de Suisse à Paris à présenter son dernier livre «Sauver l’Europe» (Ed. Liana Levi), Hubert Védrine a brossé un tableau plus qu’inquiétant de la future Union à vingt-sept, si celle-ci ne se réforme pas profondément après l’activation par le Royaume-Uni (à la fin mars) de l’article 50 du Traité européen qui ouvrira le début des négociations sur le «Brexit». Point d’orgue de l’ancien ministre des Affaires étrangères français: la fameuse «subsidiarité», supposée faire en sorte que l’Europe délaisse les sujets mieux gérés au niveau national, doit être réhabilitée. «L’Union européenne est malade de ne pas avoir trouvé son point d’équilibre explique-t-il. On a ignoré cette exigence de subsidiarité que même Jacques Delors jugeait essentielle. Résultat: les peuples sont en train de décrocher».

«L’idée d’une Europe différenciée»

Ce tableau sombre signé Védrine n’intervient pas à n’importe quel moment. Jeudi soir, les 28 Chefs d’Etat ou de gouvernement réunis en sommet à Bruxelles ont reconduit le polonais Donald Tusk à la tête du Conseil Européen (représentant les Etats membres), malgré l’opposition de’ l’actuel gouvernement polonais. On sait donc maintenant que le tandem composé de Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne, et de Donald Tusk, sera aux commandes jusqu’à la finalisation probable du Brexit britannique d’ici à deux ans.

Autre élément clef de calendrier: la commémoration, le 25 mars, dans la capitale italienne, du soixantième anniversaire du Traité de Rome, fondateur des Communautés. Un mini sommet pour le préparer s’est réuni lundi à Versailles. François Hollande y a redit son soutien à une future Europe à deux vitesses. «L’Europe à 27 ne peut plus être l’Europe uniforme à 27. Longtemps, cette idée d’une Europe différenciée, avec des vitesses différentes, des rythmes distincts pour progresser, a suscité beaucoup de résistance. Mais aujourd’hui, c’est une idée qui s’impose. Sinon, c’est l’Europe qui explose» a argumenté le président français dans un entretien à plusieurs journaux.

Hubert Védrine, lui, n’aborde pas l’actuelle impasse communautaire sous le même angle. A l’entendre, l’Europe à plusieurs vitesses est un mirage: «En réalité, l’UE fonctionne déjà comme ça. L’idée de noyau dur pose par ailleurs une question simple: qui le composera’ Sur quels critères’ Dix-neuf pays sur 27 ont déjà l’euro en commun». D’où argument selon lequel l’UE doit avant tout changer de fonctionnement, et cesser d’avancer sans le dire vers une organisation toujours plus de facto fédérale.

Le futur de l’Union aux gouvernements

«On ne calmera pas la colère des peuples en faisant de l’Erasmus pour tout le monde» a asséné l’ancien ministre, debout sous une tapisserie d’époque représentant les émissaires des cantons suisses reçus par Louis XIV en novembre 1663. Les bourses étudiantes Erasmus, souvent présentées comme un incontestable bénéfice de l’intégration européenne, sont, pour Hubert Védrine, quasi anecdotiques. «La vraie question est d’empêcher que la logique communautaire actuelle cannibalise, vampirise les démocraties nationales auxquelles les peuples sont attachés» a-t-il poursuivi, frisant la caricature. Et d’avancer deux solutions: d’abord une pause législative de la commission européenne, qui déciderait ni plus ni moins de se mettre en retrait pour laisser la place à une logique plus intergouvernementale. Puis la convocation d’une conférence des gouvernements destinée à redessiner les nouveaux contours de la subsidiarité. «Il faut que l’Europe fasse un pas en arrière si on veut la sauver. On ne désintégrera pas les contestations populaires à coup d’eau bénite communautaire».

Invité du Forum des 100 en mai 2016 à Lausanne, Hubert Védrine avait salué l’expérience Suisse. L’ancien ministre socialiste, bien éloigné aujourd’hui du PS, persiste après la publication, le 1er mars, du Livre blanc sur l’avenir de l’Europe voulu par Jean Claude Juncker. L’ancien premier ministre Luxembourgeois y réaffirme sa conviction, très védrinienne, selon laquelle le futur de l’Union appartient aux gouvernements. L’un des cinq scénarios évoqués dans ce rapport prospectif propose de «faire moins d’Europe, mais de manière plus efficace». «Le vote suisse du 9 février 2014 contre l’immigration de masse avait été dénoncé par tous les bien pensants européens conclut Hubert Védrine. Mais si le même vote avait eu lieu en France ou en Allemagne, le résultat aurait été bien plus massif. La demande populaire d’identité et de souveraineté n’est plus négociable»

Laisser un commentaire