Neymar déjà coupable sur les réseaux sociaux

Neymar déjà coupable sur les réseaux sociaux

Deux ans de prison et 10 millions d’euros d’amende requis par le parquet espagnol contre Neymar, et les fans de foot brésiliens en profitent pour régler leurs comptes

2 minutes
de lecture

Lionel Pittet

Publié jeudi 24 novembre 2016 à 18:27.

Le transfert date d’il y a trois ans mais il n’a pas fini de faire parler de lui. Passé du FC Santos, au Brésil, au FC Barcelone en juillet 2013, Neymar est sous le coup d’une enquête de la justice espagnole pour «corruption dans les affaires»; il aurait dissimulé le montant réel de son transfert pour reverser moins d’argent à une société qui détenait une partie de ses droits.

Mercredi, le parquet a requis contre lui une peine de deux ans de prison et une amende de 10 millions d’euros. Le juge pourrait rendre son verdict très rapidement, mais il aura déjà été pris de vitesse par les internautes brésiliens, qui se sont immédiatement rangés derrière un hashtag sans appel: #Neymarpresoamanha (Neymar en prison demain).

L’attaquant de 24 ans est pourtant la principale star du futebol auriverde à l’heure actuelle. Encensé pour ses buts, il demeure régulièrement critiqué pour son mode de vie bling-bling et l’appât du gain qu’on lui prête. «Souvent surnommé Neymarketing, on lui reproche à la moindre baisse de performance de gagner trop d’argent pour avoir encore envie de courir derrière un ballon», écrit la correspondante du Monde au Brésil. Alors, même si le camp Neymar se dit confiant et convaincu que tous les contrats étaient conformes aux dispositions légales, éthiques et morales, quand la justice inquiète le joueur, c’en est trop.

Au Brésil, le sujet de la corruption est sensible, a fortiori depuis qu’a éclaté le scandale Petrobras, impliquant notamment l’ancien président Lula. La population s’étrangle de l’impunité réelle ou supposée dont profitent les puissants. Sur les réseaux sociaux, cela vaut bien un footballeur pour l’exemple.

Laisser un commentaire