Pour être racheté par Bayer Monsanto exige une rallonge de 5 à 7 milliards de dollars

Pour être racheté par Bayer Monsanto exige une rallonge de 5 à 7 milliards de dollars

Le spécialiste américain des OGM et pesticides Monsanto souhaite voir l’allemand Bayer débourser entre 5 et 7 milliards de dollars de plus que les 62 milliards déjà proposés pour l’acquérir, rapporte un journal allemand.

2 minutes
de lecture

AFPPublié jeudi 30 juin 2016 à 08:55.

«Les Américains suggèrent une augmentation entre 10 et 15 dollars par action, par rapport aux 122 dollars par action offerts jusqu’à présent par Bayer», écrit le quotidien allemand des affaires Handelsblatt. «Cela signifie que le groupe de Leverkusen devrait mettre entre 5 et 7 milliards de dollars de plus sur la table», une pilule difficile à faire passer auprès des actionnaires de Bayer, explique le Handelsblatt.

Impasse

Les discussions entre les deux groupes sur un rapprochement sont pour l’instant dans l’impasse. Monsanto demande à Bayer de relever son prix initial mais Bayer ne veut pas le faire sans avoir bien évalué l’activité de sa cible. Or, l’américain refuse de lui donner accès à ses livres de comptes.

Lire aussi:
Pourquoi Bayer veut mettre la main sur Monsanto

Monsanto a annoncé mercredi être en discussion avec d’autres acheteurs potentiels dont il a n’a pas révélé l’identité. Un autre allemand, BASF, resté pour l’instant en marge du processus de consolidation à l’oeuvre dans le secteur de la chimie, pourrait faire partie des intéressés, selon les spécialistes.

Bayer fait face à un obstacle supplémentaire dans ses projets, avec le renchérissement du dollar face à l’euro suite au vote britannique en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. La hausse du billet vert suggère que le groupe allemand va devoir s’endetter un peu plus qu’il ne le prévoyait s’il veut acquérir Monsanto, avec le risque de voir sa note de solidité financière abaissée par les agences de notation.

Le Brexit pourrait servir Bayer

Toutefois, le Brexit peut aussi profiter à Bayer, souligne le Handelsblatt, alors qu’un contexte incertain pousse souvent les investisseurs à préférer l’argent liquide, ce qui peut les amener à faire pression sur Monsanto pour accepter l’offre de l’allemand.

Laisser un commentaire