Qui est le groupe Tahrir Al-Cham l’auteur du double attentat de Damas’

Qui est le groupe Tahrir Al-Cham l'auteur du double attentat de Damas'

L’explosion de deux bombes a fait 74 morts samedi dans la vieille ville de Damas. Parmi les victimes, de nombreux pèlerins chiites. Le groupe djihadiste Tahrir Al-Cham, émanation d’Al-Qaïda, a revendiqué la double attaque «menée par deux héros de l’islam au c’ur de la capitale Damas faisant des dizaines de morts et de blessés», indique le communiqué de revendication.

Une alliance de groupes armés

Qui compose ce mouvement djihadiste’ Tahrir Al-Cham, une alliance de groupes armés, dominée par Fateh Al-Cham, la nouvelle appellation du Front al-Nosra.

Dans son communiqué, la branche syrienne d’Al-Qaïda affirme que cette attaque est «un message à l’Iran et à ses milices», en référence notamment au soutien que fournissent l’Iran et le Hezbollah libanais au régime de Damas dans la guerre qui déchire la Syrie depuis six ans.

Un rival de l’Etat islamique

43 des victimes de l’attentat sont des pèlerins irakiens chiites, venus se recueillir dans les mausolées situés dans la vieille ville, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). L’attentat a en outre tué 11 civils syriens et 20 combattants prorégime.

C’est la deuxième fois en deux semaines que Tahrir Al-Cham perce les défenses du régime syrien. Rival de l’Etat islamique (EI), le groupe djihadiste veut se présenter comme «la seule force efficace face au camp pro-Assad et comme le défenseur numéro un des sunnites, la communauté majoritaire en Syrie, opposée en grande partie au pouvoir», précise Le Monde. Ce double attentat survient au moment où les Kurdes, des rebelles et l’armée syrienne tentent de reconquérir Raqqa, la «capitale» des partisans du «califat».

Le ministère syrien des Affaires étrangères avait condamné samedi «l’attentat terroriste lâche qui est une riposte aux victoires de l’armée arabe syrienne contre Daech et Al-Nosra», en référence au groupe Etat islamique et à l’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie.

Un ancien allié des rebelles

Considéré comme organisation terroriste par les Etats-Unis et la Russie, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda a vu des factions rebelles s’unifier contre le groupe djihadiste et a été écartée des négociations en vue d’un règlement en Syrie qui se sont tenues à Astana fin janvier entre des groupes rebelles et régime.

Ce groupe a pourtant été pendant plusieurs années l’allié des rebelles face au régime de Bachar el-Assad, surtout dans la province d’Idleb, leur dernier grand bastion dans le pays dévasté par la guerre depuis mars 2011.

Il a revendiqué le 25 février un attentat spectaculaire contre les services de renseignements du régime à Homs (centre). Perpétrée par deux kamikazes, l’attaque a fait des dizaines de morts et tué un proche du président Assad, le chef du renseignement militaire de Homs.

Un groupe visé par les Etats-Unis et la Russie

Le chef de l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda a ensuite averti, dans une vidéo, que ces attentats étaient un message aux dirigeants de l’opposition pour qu’ils «s’effacent» et promis qu’ils n’étaient «qu’une étape dans une série (d’attaques) qui allait se poursuivre».

Le groupe connu au départ sous le nom de Front al-Nosra puis de Fateh Al-Cham a annoncé en juillet 2016 s’éloigner d’Al-Qaïda pour, selon les experts, alléger la pression conjointe des États-Unis et de la Russie qui ont visé régulièrement ses forces. En janvier, il s’est allié avec des groupes radicaux pour former Tahrir Al-Cham.

Laisser un commentaire