Recours contre l’acquittement d’Eric Stauffer dans l’affaire des boulettes de cocaïne

Recours contre l'acquittement d'Eric Stauffer dans l'affaire des boulettes de cocaïne

Le Ministère public genevois s’oppose à l’acquittement dont avait bénéficié l’ancien président du Mouvement citoyens genevois. Ce dernier avait acheté deux boulettes de cocaïne aux Pâquis pour montrer à quel point il était facile de se procurer de la drogue

Nouveau rebond dans l’affaire opposant le procureur général Olivier Jornot à Eric Stauffer. Le patron du Ministère public genevois a décidé de recourir devant le Tribunal fédéral contre la décision du 24 août 2016 de la Chambre d’appel et de révision. Cette dernière avait acquitté l’ancien président du Mouvement citoyens genevois et un jeune membre du parti, Brice Arduini, alors conseiller municipal à Vernier, qui avaient acheté deux boulettes de cocaïne aux Pâquis en 2013. Les deux politiciens voulaient démonter la facilité avec laquelle l’on pouvait acquérir de la drogue dans «les rues de Genève». Cette transaction avait été filmée et diffusée sur le site du MCG. Le procureur leur avait infligé 45 jours-amendes avec sursis à 230 francs le jour. Une sanction qui avait été confirmée en décembre 2015.

Lire: Eric Stauffer écope d’une peine de dealer pour sa vidéo des Pâquis (28.05.2015)

Eric Stauffer condamné pour deux boulettes de cocaïne (04.12.2015)

Eric Stauffer est acquitté en appel dans l’affaire des boulettes de cocaïne (07.09.2016)

Pour sa défense face à Olivier Jornot, Eric Stauffer n’avait cessé de dénoncer le «procès politique» qui lui était fait. Le procureur général avait alors rétorqué: «Si le Ministère public avait voulu faire de la politique, il aurait fermé le dossier concernant un personnage aussi influent. C’est précisément pour ne pas en faire qu’il poursuit cette affaire.» L’argumentaire n’avait pas convaincu les juges d’appel, estimant que «certes naïvement et avec un succès tout relatif», Eric Stauffer et son acolyte avaient bel et bien voulu «agir contre le fléau du trafic de stupéfiants» dans le but «de soustraire les substances illicites du marché de la drogue».

«On veut anéantir le politicien que je suis»

Contacté, Brice Arduini désormais membre du PLR ne manque pas de fiel à l’encontre de son ancien président. «A la suite de notre acquittement, Eric Stauffer a bombé le torse en déclarant à qui voulait l’entendre qu’Olivier Jornot confondait justice et politique. Aujourd’hui, j’en paie le prix fort.» Eric Stauffer, lui, se déclare «affligé» d’un procès mené pour des «motifs politiques» et une affaire personnelle. «Le procureur général essaie par tous les moyens d’anéantir le politicien que je suis. Très franchement, on peut se poser certaines questions quant aux capacités d’analyse d’Olivier Jornot.» Tout cela pour avoir voulu montré l’incapacité du Ministère public d’endiguer la vente de drogue de la rue.

Laisser un commentaire