Yves Rossier quitte son poste pour partir à l’étranger

Yves Rossier quitte son poste pour partir à l'étranger

Didier Burkhalter se cherche un nouveau Secrétaire d’Etat. La future affectation du numéro 2 du DFAE n’est pas encore décidée

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) confirme l’information publiée par le Tages-Anzeiger: Yves Rossier quitte son poste de secrétaire d’Etat. Porte-parole du DFAE, Jean-Marc Crevoisier ne veut pas en dire davantage sur la future affectation du numéro 2 du Département, mais il ne quittera pas le sérail. Il devrait rejoindre une ambassade. La résidence de l’ambassadeur à Londres notamment se libère. C’est le Conseil fédéral qui approuve les nominations.

Ce départ est annoncé alors que la Conférence annuelle des ambassadeurs s’ouvre lundi. Le sujet de discussion à l’heure du café est tout trouvé. Surtout que le poste sera rapidement mis au concours. D’ici la fin du mois d’août, pense Jean-Marc Crevoisier.

Dossier européen

Yves Rossier avait été nommé à ce poste il y a environ quatre ans. Une surprise pour le corps diplomatique suisse car le Fribourgeois, juriste de formation, avait quitté le DFAE depuis longtemps et dirigeait alors l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS). Le conseiller fédéral Didier Burkhalter l’a en quelque sorte pris avec lui en changeant de département.

Le Fribourgeois a subi un revers avec le dossier européen. Il aurait voulu poursuivre les négociations en vue de la conclusion d’un accord institutionnel avec l’UE et d’une solution pour appliquer l’initiative du 9 février «Contre l’immigration de masse». Mais le Conseil fédéral a décidé de nommer un super-secrétaire d’Etat pour gérer les relations avec Bruxelles et a choisi Jacques de Watteville. L’annonce du départ d’Yves Rossier intervient alors qu’il n’y a aucune avancée dans ces deux dossiers.

Moins présent ces derniers mois

Interrogé par le Tages-Anzeiger, le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE), membre de la commission des affaires extérieures, estime qu’«Yves Rossier est très intelligent et connaît très bien ses dossiers mais qu’il manque de sensibilité diplomatique et d’expérience en politique étrangère». Selon plusieurs autres membres de la commission, le secrétaire d’Etat était moins présent ces derniers mois.

Marié, père de cinq enfants, le Fribourgeois Yves Rossier a commencé sa carrière au sein de l’administration fédérale en 1990. D’abord collaborateur scientifique au Bureau de l’intégration, il a réussi le concours diplomatique en 1993 et effectué son stage à la Division politique II. Il a également officié comme conseiller scientifique des anciens conseillers fédéraux Jean-Pascal Delamuraz et Pascal Couchepin, au Département fédéral de l’économie (DFE).

Laisser un commentaire